skip to Main Content

Préparer le chemin de l’école

Comment les parents peuvent-ils préparer leurs enfants au chemin de l’école? À quels comportements faut-il être attentif? Indications et possibles écueils à l’éducation routière.

Itinéraires peu fréquentés, limites de vitesse basses, bonnes conditions de visibilité et lieux de traversée sûrs: voilà les conditions idéales pour initier les enfants aux bons comportements. Ils devraient bien connaître le chemin avant la première rentrée et l’avoir parcouru plusieurs fois avec leurs parents dans les deux sens.
Il faut cependant savoir que les enfants ne suivent pas toujours le même itinéraire, ils veulent aussi tester d’autres trajets. Il est donc important d’explorer ces variantes ensemble et de rendre les petits attentifs aux dangers potentiels.

Prendre le temps et répéter

Il est fondamental de prendre le temps. Lorsqu’un danger menace, les adultes s’arrêtent, s’arrangent pour avoir une vue d’ensemble et expliquent ce qui se passe. Même si les enfants sont très jeunes, on peut leur faire comprendre pourquoi on agit de telle ou de telle manière. Ils imiteront ensuite le comportement qu’ils ont observé. Lorsque les enfants sont plus expérimentés, les parents peuvent leur confier la décision de traverser, même s’ils restent toujours avec eux.

Accompagner

Dans la plupart des cas, il est judicieux et nécessaire d’accompagner les enfants sur leur trajet scolaire. Ce sera nécessaire plus ou moins longtemps, en fonction de la complexité du parcours et des capacités de l’enfant. S’il a encore besoin d’aide au moment des vacances d’automne, cela peut être le signe que le chemin de l’école est inacceptable. Dans ce cas, les autorités devraient prendre des mesures.
Progressivement, il est possible d’inciter les enfants à être plus autonomes en observant leurs progrès. Lorsqu’arrive le moment où l’enfant souhaite effectuer seul le trajet pour l’école, les parents devraient l’observer pour s’assurer de la manière dont il se comporte dans la circulation routière. Quel chemin choisit-il? Où et comment traverse-t-il la route?
Surtout lorsqu’ils vont à l’école seuls, il est très important que les enfants partent à temps et ne soient pas pressés. Le stress peut en effet les rendre moins attentifs. Les émotions du moment, comme la tristesse, la peur ou la colère, influencent également le comportement. Il est judicieux d’accompagner les enfants sous le coup d’émotions fortes jusqu’à l’école, quel que soit leur âge.

Aller à l’école en groupes

Tôt ou tard, la plupart des enfants qui vont à l’école sans être accompagnés par des adultes ressentent le besoin de se joindre à d’autres enfants qui suivent le même chemin. C’est en principe une bonne chose: les groupes sont plus visibles que les enfants isolés dans la rue, ils sont donc plus en sécurité. L’aspect social est également important: il n’est pas rare de voir des amitiés se nouer sur le chemin de l’école. Mais il faut savoir que les enfants sont souvent moins attentifs lorsqu’ils se déplacent en groupes, parce qu’ils discutent ou jouent.

Exercices par âges

À partir de 2 ans: marcher sur le trottoir.
À partir de 3 ans: s’arrêter au bord du trottoir.
À partir de 4 ans: traverser une rue du quartier.
À partir de 5 ans: se déplacer seul dans le quartier de résidence.
À partir de 6–7 ans: traverser la rue entre des obstacles qui masquent la vue.

L’essentiel en un coup d’œil:

  • L’éducation routière commence longtemps avant l’entrée à l’école, lorsque les parents expliquent des situations du quotidien, indiquent le bon comportement et jouent leur rôle de modèle.
  • Le choix du bon chemin pour l’école incombe à l’administration scolaire et aux parents.
  • Parents et enfants devraient parcourir plusieurs fois ensemble le chemin retenu, y compris les variantes possibles.
  • Les enfants ont une autre vision du monde – au sens propre et au sens figuré. L’adopter permet de déceler des dangers potentiels.
Back To Top